Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mémoire

  • Simone Veil devient "immortelle"

     

    226152654.2.png
    Une femme libre,

    Une pionnière,

    L'incarnation du courage.

    Le nom de Simone Veil était déjà synonyme de tous ces qualificatifs, il restera à présent éternellement associé à la cause des femmes, à la mémoire de la Shoah et à la construction européenne. Simone Veil devient donc une « immortelle » en entrant à l'Académie française, à l'âge de 82 ans. Auréolée d'une immense popularité en France, mais aussi à l'étranger, elle est la sixième « immortelle » à siéger dans cette célèbre institution. Sur son épée d'académicienne, Simone Veil a fait graver le nom du camp d'extermination de Birkenau et le nombre 78651, son numéro de déportée qu'elle a tatoué sur le bras. Pour ne pas oublier, pour ne pas qu'on oublie. Elle restera évidemment pour toute une génération de femmes, la courageuse ministre de la santé qui a légalisé l'avortement en 1974. Elle incarna aussi la construction et la réconciliation européenne en devenant la première présidente du parlement européen en 1979. Elle devint enfin la première femme ministre d'Etat en 1993 avec Edouard Balladur. Elle fut pendant des années la plus brillante représentante de l'UDF. 

    Son entrée à l'Académie française marquera sans nul doute les esprits. C'est une nouvelle pierre à l'édifice de cette grande dame de notre histoire. Je tenais, modestement, à lui témoigner toute mon admiration. Pour terminer, un très bel extrait du discours d'accueil de Jean d'Ormesson, qui résume, je trouve, avec justesse et brio l'état d'esprit incarné par Simone Veil :

    «Une large majorité voue une sorte de culte à l'icône que vous êtes devenue. Vous avez des convictions, mais elles ne sont jamais partisanes. Vous êtes loyale envers vos adversaires comme vous êtes loyale envers vos amis. Vous êtes un modèle d'indépendance. Il y a en vous comme un secret : vous êtes la tradition même et la modernité incarnée (...) Je considère votre parcours et je vous vois comme une de ces figures de proue en avance sur l'Histoire.»

  • Assemblée annuelle du Souvenir français de Cran-Gevrier

    souvenir-logo.jpg

    Vendredi soir à la salle des Papeteries de Cran-Gevrier je participai à l'assemblée annuelle du Souvenir français du comité de Cran-Gevrier. Nous étions une soixantaine d'adhérents et le point principal, après avoir passé le compte-rendu d'activité et financier, était le changement de président. En effet, Albert MONIN, après 20 ans de présidence, quittait ses fonctions et passait le relais. Il n'a pas ménagé sa peine durant toutes ces années pour faire du comité de Cran-Gevrier un des plus actifs du département. Nous avons approuvé le bilan de l'année, ainsi que les comptes de l'exercice 2009, à l'unanimité. Seul un adhérent était candidat à la succession du président, Pierre GEAY. Il a donc été élu à l'unanimité.

    Le comité de Cran-Gevrier continuera durant l'année 2010 à participer à toutes les manifestations patriotiques (8 mai, 11 novembre...) et assurera toujours ses interventions dans les écoles et au collège (accompagnement au plateau des Glières, interventions dans les classes, visite de la maison des enfants d'Yzieu...) pour partager avec les jeunes le souvenir des français morts dans les différents conflits. Car, comme l'a dit le délégué général du Souvenir français présent à la réunion, l'association (créée en 1887) et ses adhérents sont là pour dire à nos enfants que le sacrifice de tous leurs aînés doit rester vivant dans nos coeurs, car la paix n'est jamais définitivement acquise. Nous avons ensuite tous partagé le verre de l'amitié.