Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

haute-savoie

  • Besoins en main-d'oeuvre en Haute-Savoie en 2010

    logo_pole_emploi.jpg

    Pôle Emploi vient de publier sa dernière lettre, "Repères et Analyses", qui rend compte d'une enquête sur les besoins en main-d'oeuvre pour notre département en 2010.

    Les chiffres sont instructifs. On apprend ainsi que les 21 220 entreprises enquêtés en Haute-Savoie prévoient de recruter, en 2010, 23 143 emplois de main-d'oeuvre. La plus grande partie de ces besoins de recrutement se situent dans les secteurs d'activités suivants :

    • Serveurs de cafés, restaurants et commis : 2 211
    • Aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine : 1 357
    • Employés de l'hôtellerie : 1 191
    • Cuisiniers : 1 069
    • Vendeurs en habillement, accessoires, articles de luxe, sport, loisirs et culture : 961
    • Aides-soignants (aide médico-psycho., auxiliaire de puériculture, assistants médicaux...) : 700
    • Agents d'entretien de locaux (y compris ATSEM) : 686
    • Professionnels de l'animation socio-culturelle (animateurs et directeurs) : 670
    • Aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales : 570
    • Infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices : 526
    • Employés de libre-service : 522
    • Sportifs et animateurs sportifs : 500
    • Caissiers, pompistes : 488
    • Jardiniers, paysagistes : 392
    • Agents administratifs divers (saisie, assistanat...) : 361

    A noter que 42 % de ces besoins d'emplois sont saisonniers.

  • Séance privée du Conseil Général sur un rapprochement des 2 Savoie

    logo_aps.jpg

    Ce matin de 10 H 30 à 12 H 30, j'assistai à la séance privée du Conseil Général avec pour ordre du jour les perspectives d'un rapprochement entre les 2 Savoie. J'ai déjà évoqué cette question et donné mon point de vue sur ce blog. Ce matin, nous étions tous invités par le président Monteil à en débattre à nouveau. Il est certain que la réforme à venir des collectivités encourage ce débat.

    Beaucoup de mes collègues sont plutôt favorables à ce rapprochement. L'Assemblée des "Pays de Savoie" est une première étape qui a montré dans le temps son utilité et son éfficience dans la gestion groupée des politiques touristiques, universitaires, économiques et culturelles de nos deux départements. Nous sommes nombreux à penser qu'il faut maintenant passer à une étape supérieure. Les services du Conseil Général nous ont diffusé ce matin des chiffres statistiques (économie, démographie, tourisme, infrastructures...) éloquents qui prouvent la pertinence d'un rapprochement. Les Savoie unifiées deviendraient le premier département de France en superficie, comparable ainsi à la Gironde, avec une population d'environ 1 million 200 000 habitants. Je pense par ailleurs que les questions du type, où se trouverait la capitale ?; quel nom aurait ce nouveau département ?; peuvent facilement se résoudre, car là n'est pas le fond du débat. Le département pourrait par exemple s'appeler "Savoie Mont-Blanc" et l'on pourrait installer la préfecture à Chambéry et le Conseil Général à Annecy. Nous aurions ainsi un partage équitable, cohérent et équilibré des pouvoirs et des institutions.

    Je crois fermement que tous les dossiers seraient gérés de façon plus pertinente à cette échelle. Lorsque l'on connaît un petit peu l'histoire de nos départements, l'on voit bien que les problématiques sont les mêmes, les solutions souvent semblables et surtout des pans entiers de nos économies reposent sur les mêmes bases et sont interconnectés. Les deux présidents des Savoie, Christian Monteil et Hervé Gaymard, ainsi que le président de l'Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, sont très favorables à ce rapprochement, et je m'en félicite. La Savoie et la Haute-Savoie ont la même identité, la même histoire dans leur développement, les mêmes problématiques et de nombreuses synergies dans leurs évolutions. Pour preuve, de nombreux syndicats mixtes intercommunaux sont à cheval sur les deux départements (le SILA entre autre), de nombreuses infrastructures servent aux habitants des deux départements, les transports pendulaires entre les deux départements sont de plus en plus nombreux.

    Cette question est maintenant sur la place publique. Il y aura, à un moment donné, une consultation de la population par référendum local. Nous aurons donc à en reparler très prochainement et je vous donnerai mon point de vue, en tant que conseiller général suppléant du canton de Seynod, sur l'évolution de ce dossier.

  • Débat public des candidats aux élections régionales

    LOGO-REGIONALES-2010_modifie.jpg

    J'assistai hier soir au seul débat public organisé dans le cadre des élections régionales entre les différentes listes. A l'initiative de l'association "Humanisme et sociétés" , cette soirée débat entre les candidats et le public réunissait plus de 150 personnes à Bonlieu. Chaque représentant des 9 listes avait 5 minutes pour présenter les axes forts de son programme et ensuite un jeu de questions/réponses se faisait avec la salle. L'exercice était à priori difficile, mais les organisateurs ont très bien tenu le timing et chaque candidat a pu exposer son point de vue de façon claire et concise. Je salue l'initiative de cette association sans qui aucun débat n'était organisé sur le département. Les questions de la salle ont abordé la problématique des transports (infrastructures routières, TER, ligne TGV Lyon/Turin, transport fluvial...), celle de la formation (formation professionnelle, validation des acquis, lycées, pôle d'excellence...), celle de l'environnement (pollution des cours d'eau, agriculture, déchets...) et enfin la position de chaque liste sur la candidature d'Annecy aux JO de 2018. Les échanges se sont fait dans un bon climat, respectueux et républicain.

    L'association "Humanisme et sociétés", créee fin 2009, organise plusieurs cycles de rencontre et de débats sur l'année. Je vous invite à visiter leur site internet : www.humanismeetsocietes.org

  • Assemblée générale de la Chambre de Commerce et d'Industrie 74

    CCI-74.jpg

    Ce soir se tenait un des événements majeurs de l'année pour le monde économique de notre département. Le président Guy METRAL a présenté le bilan 2009 de la CCI 74 devant plus de 600 personnes à l'Espace Rencontre à Annecy-le-Vieux. La CCI 74 offre de nombreux services et collabore avec les entreprises tout au long de leur vie, mais aussi avec les collectivités locales et c'est à ce titre que j'étais invité et présent ce soir. Le président a bien rappelé, et je l'en remercie, l'utilité indispensable d'une collaboration entre entreprises et collectivités (aide à l'installation en zones artisanales et économiques, subventions en faveur de la recherche et du développement, FISAC pour le commerce de proximité...) dans le but commun de dynamiser le tissu économique de nos communes et de notre département. Nous agissons tous ainsi pour le développement local et les conditions de vies de nos concitoyens.

    Guy METRAL nous a donc présenté en chiffres et témoignages les principales actions de la CCI en 2009. Ils seront disponibles dès demain sur le nouveau site Internet de la CCI qui a été présenté ce soir http://www.haute-savoie.cci.fr/.

    En fin d'AG nous avions une intervention de Marc TOUATI, journaliste, économiste et directeur général adjoint de la société Global Equities. Il a dressé un tableau de la situation économique et financière mondiale sur les 10 dernières années, en confirmant ce qu'il annonçait depuis quelques temps, à savoir une reprise de l'activité et de la croissance. Timide tout de même en comparaison des pays émergents comme la Chine, l'Inde ou encore le Brésil, mais assez pour susciter l'optimisme des acteurs économiques. 

  • Plan de relance gouvernemental : un point sur la Haute-Savoie

    arton887.jpg

    Le Plan de relance de l'économie initié par le gouvernement continue de produire ses effets. Avec les 26 milliards d'euros investis, l'économie de notre pays, et de notre département en particulier, est donc soutenue. J'avais communiqué un premier bilan au mois de septembre. Voici les dernières données à jour, à la fin du mois de janvier pour la Haute-Savoie :

    Investissements et activités économiques soutenus par l'Etat :

    1. montant des investissements publics engagés : 3 417 689 euros
    2. montant des investissements des collectivités locales associés au FCTVA : 61 377 085 euros
    3. nombre de logements sociaux et privés financés : 1829
    4. nombre de véhicules ayant bénéficié de la prime à la casse : 6 517

     Emplois sauvés, créés ou aidés :

    1. nombre d'emplois aidés par l'Etat depuis le 1er janvier 2009 : 19 579
    2. nombre de personnes aidées à entrer dans la vie active depuis le 1er janvier 2009 : 4 109
    3. nombre de personnes aidées à reprendre un emploi depuis le 1er janvier 2009 : 2 881
    4. nombre d'entreprises soutenues par une intervention de l'Etat, notamment un prêt, une garantie ou un investissement : 599

     Justice :

    1. 20 309 980 euros apportés aux 118 786 foyers les plus fragiles

    Nous constatons, depuis quelques semaines, un frémissement de reprise de la croissance et les prévisions données sont plutôt encourageantes. Je pense qu'il faut néanmoins rester très prudent vu la conjoncture financière mondiale.

  • Exposition à la Turbine : "Séismes, vivre avec le risque en Haute-Savoie"

    J'étais hier l'inauguration de la nouvelle exposition de La Turbine, "Séismes, vivre avec le risque en Haute-Savoie". L'actualité fait parfois preuve d'ironie cruelle...De fait, une simulation de sauvetage en cas de séisme était prévue en extérieur, elle a été décemment annulée. L'exposition est très bien faite, participative, avec plusieurs ateliers dont un simulateur de séismes impressionnant.

    L'intégralité des recettes de cette exposition sera reversée à la Fondation de France en faveur de Haïti. Je vous encourage vivement à la visiter.

    DL 22 01 10002.JPG
    Article du Dauphiné Libéré du 22 janvier 2009 - Cliquez sur l'article pour le voir en grand.
  • Plan de relance gouvernemental : un point sur la Haute-Savoie

    arton887.jpg

    Le Plan de relance de l'économie initié par le gouvernement avance et produit ses effets. Avec les 26 milliards d'euros investis, l'économie de notre pays, et de notre département en particulier, est soutenue. Voici les dernières données à jour à la mi septembre pour la Haute-Savoie :

    Investissements et activités économiques soutenus par l'Etat :

    1. Montant des investissements publics engagés : 2 165 054 euros
    2. Montant des investissements des collectivités locales : 681 377 085 euros
    3. Nombre de logements sociaux et privés financés : 883
    4. Nombre de véhicules ayant bénéficiés de la prime à la casse : 2 729

    Emplois sauvés, créés ou aidés :

    1. Nombre d'emplois aidés par l'Etat depuis le 1er janvier 2009 : 11 022
    2. Nombre de personnes aidées à entrer dans la vie active depuis le 1er janvier 2009 : 828
    3. Nombre de personnes aidées à reprendre un emploi depuis le 1er janvier 2009 : 1 794
    4. Nombre d'entreprises soutenues par une intervention de l'Etat, notamment un prêt, une garantie ou un investissement : 433

    Justice :

    1. 19 019 853 euros apportés aux 115 817 foyers les plus fragiles.

    Au-delà des discours de l'opposition, on voit clairement avec ces chiffres les effets bénéfiques de ce plan de relance ambitieux dans notre département.

  • Préconisations et conséquences du comité Balladur

    Balladur_rapportmars2009.jpgL'ancien premier ministre Edouard BALLADUR vient de rendre, ce 5 mars, le rapport de son « Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions » créé en 2007. Voici les conséquences de ces préconisations au niveau national et au niveau local.

    A - Scénarii

    Tout d'abord pas de report des élections régionales de 2010 à 2011 comme cela avait été évoqué. Ensuite, souhait de voir le nombre de régions passer de 22 à 15, par le biais de fusions basées sur le volontariat.

    Edouard BALLADUR estime que « la sagesse » est de maintenir les élections régionales en 2010 et « d'appliquer les règles nouvelles » aux suivantes, anticipées en 2014, en même temps que les cantonales. Il explique qu'« une loi ne pourra guère être adoptée avant le début de 2010 ».

    Il y aurait deux projets de loi issus du rapport : un sur Paris et l'Ile de France avec la suppression des départements franciliens, l'autre sur la simplification territoriale, avec 15 régions, et une dizaine de métropoles.

    B - Les 2 Savoie

    Réuni autour d'Edouard BALLADUR à Lyon, avec les principaux élus de Rhône-Alpes, afin de discuter de la réforme des institutions, Hervé GAYMARD intervenait pour faire part de son ambition de fusionner les deux conseils généraux des Savoie dans un Conseil des Pays de Savoie. A ce sujet, j'ai assisté à une séance privée du conseil général de Haute-Savoie qui débattait de ce projet. Très peu de conseillers généraux de notre département souhaitent voir se rapprochement avec la Savoie. Personnellement je le déplore. Je trouve dommage et inutile la séparation de nos départements de Savoie. Je pense qu'il faut aller vers une union des deux, que se soit au sein d'une région ou d'un département unique. Nos économies sont liées, nos infrastructures sont connectées, notre histoire est commune, nos problématiques sont associées, pourquoi tergiverser ? Crainte de perdre son petit pré carré ? Je soutiens la proposition d'Hervé GAYMARD.

    C - Conseillers territoriaux

    C'est ce système qui pourrait être appliqué dans le cadre de la réforme proposée. Il y aurait des conseillers territoriaux qui remplaceraient les conseillers généraux et les conseillers régionaux. Ces élus seraient à la fois élus pour gérer le département et la région au sein d'une même assemblée.

    D - En conclusion

    La décentralisation, qui a constitué l'une des réformes fondamentales des trente dernières années et a profondément modifié les relations entre l'État et les collectivités territoriales, a atteint ses objectifs. En conférant des responsabilités importantes aux élus locaux, elle a fait des collectivités territoriales des acteurs à part entière du développement économique et social de notre pays.

    Force est de constater que les compétences décentralisées sont aujourd'hui mieux assurées par les collectivités locales qu'elles ne l'étaient hier par l'Etat.

    Contrairement à certaines idées reçues, l'examen des budgets des collectivités locales, et notamment des départements et des régions, fait apparaître qu'une part essentielle de leurs ressources est consacrée aux compétences qu'elles exercent à titre obligatoire.

    Si nous sommes amenés aujourd'hui à réfléchir à une organisation plus moderne, plus claire et plus économe de l'argent public de notre administration territoriale, l'Etat ne peut s'exonérer de cette démarche et devra en tirer toutes les conséquences, notamment en termes d'organisation de ses services déconcentrés. Il est également indispensable qu'il n'intervienne plus dans les politiques que le législateur a clairement confiées aux collectivités locales et que, dans les domaines qui restent de sa compétence, il assume totalement ses responsabilités juridiques et financières sans faire appel au local. Ainsi pourront mieux se développer et vivre les collectivités territoriales pour le bien de tous les habitants.

    Je pense que la commission BALLADUR a fait des propositions interessantes de réformes des collectivités pour les moderniser. Cependant, je crains que ce projet de réforme n'aboutisse pas faute de volonté politique. Les conséquences de ces préconisations feraient perdre leur pré carré à trop d'élus. Seront-ils prêts ? A suivre.