Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

finances mairie cran-gevrier

  • Notre tribune du prochain magazine municipal "Cran ma ville"

    tribune opposition cran,cran ma ville

    Quand la communication cache la vraie concertation

    A longueur de cérémonies de vœux ou de réunions de quartier, on entend, à Cran-Gevrier, toujours la même litanie d’auto satisfaction de la part du maire et de ses adjoints. A force de les entendre on en oublierait de réfléchir et on pourrait finir par se laisser prendre.

     

    De vraie concertation il n’y en a pas. En lieu et place, il y a de la communication (très onéreuse) et de l’information. Mais la concertation, la vraie, celle qui prend en compte tous les avis et associe à la prise de décision tous les citoyens, elle n’existe pas à Cran-Gevrier.

     

    Le chantier des Papeteries en est l’exemple le plus criant. Contrairement aux déclarations lyriques de la majorité, ce chantier phare du mandat n’a fait l’objet d’aucune concertation réelle et sérieuse. De fait, en ne prenant en compte aucune des remarques formulées par les habitants, le projet risque bien de ne pas rencontrer le succès qui devrait être le sien. Le coût exorbitant de la communication (+ de 100 000 euros !) ne peut cacher les grosses lacunes du chantier. La hauteur et la longueur des tours de 8 étages, l’absence de parking silo à l’entrée du quartier (et de stationnements en son sein malgré la présence de 600 logements), l’absence totale d’engagements écrits des entreprises de l’image à investir le site et enfin l’inconnu concernant les équipements publics laissent à penser que le site à été pensé à la va-vite ! Les crangévriens en paieront le prix dans quelques années.

     

    Sans compter que l’investissement financier de la commune grève pour longtemps la réalisation de nombreux projets importants et de promesses non tenues (terrain de foot synthétique, agrandissement des crèches, rénovation de la mairie, rénovation des équipements municipaux, embellissement de la ville…). Enfin pour amortir ces investissements mal réfléchis, le maire augmentera les impôts (uniquement pour les propriétaires !) de presque 10 % en 2012 !