Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture

  • Assemblée générale de la "Société des Amis du Vieil Annecy"

    Une salle comble hier soir à l'assemblée générale de la "Société des Amis du Vieil Annecy", salle Yvette Martinet. Le président Michel Amoudry nous a fait un résumé des activités de l'année, qui furent riches, et un bilan du nombre d'adhérents qui est en augmentation. Cette société, à laquelle je suis très attaché depuis de nombreuses années, voit ses actions se diversifiées. Des cycles de conférences sont régulièrement organisés, "Les mardis du vieil Annecy", dont les cahiers sont publiés et rencontrent un succès croissant et biensûr il y a la revue "Annesci", dont le dernier numéro est le troisième tome de la série consacrée aux noms de rue d'Annecy, écrite par Georges Grandchamp. 

    Je vous invite à visiter le site de la société et pourquoi pas à adhérer si vous êtes passionnés d'histoire locale : http://www.amisduvieilannecy.fr/

     

    gallo.jpg
    Maison Gallo, siège de la Société
  • Deux nouvelles expositions à La Turbine

    J'assistai à l'inauguration aujourd'hui des deux nouvelles expositions du Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CSTI) de La Turbine.

    La première, qui remplace l'exposition sur l'eau, s'intitule « Grains de bâtisseurs » et propose une découverte et une approche interactive, ludique et esthétique autour de la matière en grains (gravier, sable, argile...). Une série d'expériences sont proposées pour tous les publics. Ces matériaux sont utilisés dans 30 % des constructions d'habitats des pays développés !

    fly_a5_recto_w_180.jpg

    La seconde exposition est sur les abeilles, « Secrets d'abeilles, une histoire d'ailes et de miels ». De la biologie de l'insecte, à sa vie sociale et au rôle majeur qu'elle joue dans l'environnement et l'agriculture, cette exposition nous présente toutes les facettes de l'abeille. On peut entre autre découvrir, sur écran géant, à l'aide d'une webcam télécommandable, l'activité des abeilles dans les ruches installées sur le toit de La Turbine !

    a5_recto_w_180.jpg
  • Ouverture de la semaine culturelle au lycée Baudelaire

     

    p1000455.jpg

    Ce soir, ouverture de la 18ème semaine culturelle du lycée Baudelaire autour du thème "Baudelaire fait son cinéma". C'est un des temps forts de la jeunesse et de la culture sur l'agglomération. 

    Au programme, de la musique, du théâtre et du cinéma. Autour d'ateliers, d'expositions et de projections qui se dérouleront jusqu'au vendredi 9 avril, les élèves du lycée de l'agglomération scolarisés à Cran-Gevrier dévoileront leurs multiples talents à un public toujours plus nombreux au fil des éditions. C'est une initiative originale que cette semaine culturelle qui offre une ouverture sur le monde de l'éducation à un large public et permet de mettre en valeur les travaux et les apprentissages dispensés. 

    Je vous invite à consulter le site internet et à vous rendre à une des représentations, vous ne serez pas déçus, beaucoup de jeunes talents en herbe ! : http://semaine-culturelle.info/portal.php

  • Soirée Savoie à La Turbine avec "La Trace"

    La-Trace-1-9699.jpg

    Samedi, très belle soirée au cinéma de La Turbine, avec une salle comble et beaucoup d'habitants de Cran-Gevrier. Nous avions une rediffusion de "La Trace" de Bernard Favre avec Richard Berry. Réalisé en 1983, ce film retrace le voyage d'un colporteur parti faire sa tournée en Italie du Nord à l'hiver 1859 et à son retour la Savoie était française ! En première partie, nous avons pu découvrir un court-métrage de Bernard Favre, présent dans la salle, "Histoire et identité savoyardes", réalisé spécialement pour 2010 à l'occasion du 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France. Ce document sera diffusé en septembre sur TV 8 Mont-Blanc et ensuite disponible à la vente. Avant le début du film, nous avons pu apprécier la présence du compositeur de la bande originale de "La Trace", Marc Perrone, qui a joué plusieurs morceaux de son répertoire. Un très beau moment d'échange musical qui a duré près d'une heure !

     

  • Bébés lecteurs !

    couverture_jpg_w_180.jpg
    Hier a débuté le "Printemps des bébés lecteurs" à la médiathèque de La Turbine, jusqu'au 10 avril. Cette manifestation, organisée par de nombreuses villes en France, s'articule cette année autour du thème "Même pas peur !". L'évènement, à destination des 0 à 4 ans, offre la possibilité de découvrir une exposition ("Si doux mon doudou") et des spectacles de clowns et marionnettes ("Luzmilla" et "Hop !"). La médiathèque et les crèches de Cran-Gevrier feront découvrir une sélection d'albums. Le public pourra voter pour celui qu'il préfère. Enfin, le 10 avril, une remise du "Prix des bébés lecteurs" sera organisée à La Turbine. Ces journées sont l'occasion de découvrir ou redécouvrir la médiathèque et surtout d'initier et d'intéresser nos tout-petits à la lecture. A vos livres !

  • 9ème édition du Festival Cinémino

    affiche-49-FESTIVAL-CINEMINO.jpg
    Fruit d'un partenariat entre le cinéma de La Turbine à Cran-Gevrier, l'Auditorium de Seynod, le cinéma Le Parnal à Thorens-Glières et la MJC de Novel à Annecy (organisation complétée par un écran mobile), le festival Cinémino inaugure demain à Seynod sa 9ème édition. Il se déroule du 3 février au 2 mars dans les salles participantes. Cette manifestation culturelle, qui bénéficie aussi du soutien du conseil général, offre la possibilité de découvrir le cinéma jeune public à travers 18 films. Les 4 salles partenaires organiseront aussi des animations comme les ciné-goûters (pour les scolaires), ciné-rencontres, ciné-débats et expositions à destination de tous les âges. En 2009, 17 000 spectateurs avaient pu apprécier ce festival, qui je le rappelle, est diffusé dans des salles qui bénéficient toutes du soutien des collectivités.

  • Speriamo che...Espérons que...

    m_speriamo_regard.jpg

    Beaucoup de monde ! Beaucoup d'habitants d'origine italienne et leurs amis des communes de l'agglo étaient présents ce soir. On le sait, les italiens représentent depuis longtemps une communauté d'origine importante sur notre bassin de vie, surtout à Annecy et Cran-Gevrier que l'on surnommait un temps "la petite Italie". Des grands noms restent connus dans certains secteurs économiques comme le bâtiment et le commerce. En tant que membre de la commission culture de la C2A, j'assistai donc ce soir à l'inauguration de l'exposition qui présente ces italiens qui ont traversé les Alpes, depuis 150 ans, parfois au péril de leur vie, pour venir s'installer et faire souche en Haute-Savoie. Cette exposition, qui s'intitule "Speriamo che...,Espérons que...", présentée au Palais de l'Isle et qui retrace l'histoire de ces émigrants, est très bien faite et très émouvante.

    Monsieur François Forray, membre de l'Académie de Savoie et Madame Andréa Caprioglio, fondatrice d'une association piémontaise et conseillère municipale de Chambéry, sont à l'origine de la réalisation de cette exposition qui est enrichie par un livre édité dans les deux langues, français et italien.

    Je vous encourage à visiter tous les jours jusqu'au 11 mars, sauf le mardi, de 10h à 12h et de 14h à 17h, au Palais de l'Isle.

  • Commission culture à la C2A

    581-1241541669-bonnecrise---450x337.jpg

    J'étais hier soir à la commission culture de la C2A (agglo d'Annecy). Nous avions à l'ordre du jour l'étude des propositions budgétaires de la direction des affaires culturelles pour 2010. Le budget qui sera proposé par les deux vice-présidentes à la culture sera en hausse, suivant les options retenues, de 3,5 % à 6 % environ, par rapport à 2009. La conjoncture économique et financière ne plaide pas à priori pour une hausse des budgets. Cependant, et je m'en suis déjà expliqué sur ce blog, je crois fermement au fait que la culture ne doit pas être la politique affectée en premier lieu par la baisse des recettes des collectivités. Je sais, j'entends d'ici, certain dire qu'il y a des choses plus importantes à financer que la culture, que tout cela n'est pas utile en ces périodes de crise, que l'on met trop de moyens dans ce secteur et qu'il faut recadrer ces dépenses, etc, etc...Je ne le crois pas. La crise nous apporte son lot de malheurs, de drames humains, de morosité ambiante, de stress, de peines...Est-ce nécessaire d'en rajouter ? Ne faut-il pas au contraire soutenir l'action culturelle publique (bibliothèques, musées, salles de spectacles, conservatoire et écoles de musique...) dans ces périodes justement moroses ? Ne faut-il pas offrir à la population en temps de crise toujours autant de possibilité de se divertir, de se distraire, de se cultiver, d'écouter de la musique, de voir des spectacles ?

    Tous les indicateurs chiffrés nous prouvent que jamais en période de crise, les cinémas et les concerts n'ont accueilli autant de spectateurs ! Les ventes de livres sont en forte hausse, les expositions, les théâtres et les festivals n'ont jamais autant vu de visiteurs que depuis un an. Pour une raison bien simple, les gens ont besoin de se changer les idées, de rencontrer du monde, de se divertir ! En cette période de crise, la culture fait donc office de valeur refuge pour les gens. Beaucoup d'économistes s'accordent à dire que les ménages ne réduisent pas leurs dépenses culturelles en période de récession, au contraire. L'Etat lui-même avait annoncé en début d'année, par la voix du président de la République, une rallonge de 100 millions d'euros allouée au patrimoine et le déblocage de la totalité des crédits gelés pour le spectacle vivant dans le budget de la Culture, soit un peu plus de 30 millions d'euros.

    La culture doit donc être vu par les décideurs comme un élément à part entière de la relance économique et surtout comme un facteur apaisant socialement pour beaucoup de gens. A ce sujet, qui se souvient que dans les années 30, en pleine dépression américaine, l'instigateur du New Deal, Franklin Delano Roosevelt, avait massivement investi dans la culture ? Le Federal Art Project avait recruté 5 300 peintres pour décorer les lieux publics et le Federal Music Project employait jusqu'à 16 000 musiciens et organisait des milliers de concerts dans tout le pays ! On sait le succès de ce plan de relance américain.

    Pour revenir et terminer sur le budget culture de la C2A, j'espère donc qu'il ne connaîtra pas d'érosion trop importante. Nous verrons ce que décident les membres du bureau de l'agglo dans quelques jours. A suivre.

  • Une semaine italienne sur l'agglomération

    010_ANNECY-CINEMA-ITALIEN.jpg

    Cette semaine se déroule la 27ème édition du Festival du cinema italien à Annecy. La soirée d'inauguration se tenait mercredi 30 septembre au théâtre de Bonlieu en présence du réalisateur Ettore Scola. Comme chaque année un public nombreux s'est retrouvé pour fêter cet évènement. Le film inaugural, "Gli amici del bar Margherita" de Pupi Avati, était sympathique mais pas extraordinaire ! J'avais de loin préféré celui de l'an passé, "La giusta distanza". J'assiste chaque année à ce festival depuis mon adolescence. J'aime beaucoup la production cinématographique italienne.

    Avec le Festival international du film d'animation, le Festival du film italien complète une offre exceptionnelle pour les cinéphiles du bassin annecien. Ainsi, l'agglomération d'Annecy est une des très rares de France à avoir deux festivals d'envergures et de qualités comme ceux-ci. Cela attire un public nombreux et permet de se positionner sur ce secteur économique qu'est le cinéma.

    cineitalien.jpg

    A l'occasion de ce festival, nous avions la sortie, hier soir, d'un film sur l'histoire de la communauté italienne à Cran-Gevrier, présenté à La Turbine. Le film repose sur des images d'époque et sur de nombreux témoignages. Historiquement importante sur la bassin annecien, la communauté italienne est encore très présente sur la commune de Cran-Gevrier. A l'issue de la diffusion de ce film intitulé "Une petite Italie au coeur de Cran-Gevrier", un buffet était organisé par l'association des italiens, auquel je participai accompagné de deux autres élus du groupe, Marie-Laure PIRARD et Joseph FRISON-ROCHE. Le DVD est en vente à La Turbine au prix de 10 euros, je vous le conseille.  

  • Festival Petit Patapon

    008.JPG
    005.JPG
    014.JPG

     

    Pour la seconde année, le Festival Petit Patapon a posé ses valises à Cran-Gevrier pour la joie des plus petits de 0 à 6 ans. L'inauguration a eu lieu samedi, à La Serre, en présence des bénévoles investis dans l'organisation. Je salue à cette occasion l'initiative des associations partenaires qui ont lancé le festival l'an passé. Sur notre commune, ce sont les responsables de Cran Gevrier Animation (CGA) qui se chargent de cet événement.

    Le festival se tient sur plusieurs communes du département du 18 au 30 avril. Sont proposés des animations, des ateliers d'éveil, des expositions, du cinéma, des histoires et des livres, des contes...sur les communes d'Annecy, d'Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Cruseilles, Faverges, Meythet, Rumilly, Sait-Julien en Genevois et Thônes.  

    Cette manifestation est née de la volonté des associations et non pas, comme c'est de plus en plus souvent le cas, d'une "commande" institutionnelle. Ce festival est le fruit du travail et de l'imagination de ses initiateurs. Il est important de le souligner. Le soutien des pouvoirs publics est assez faible au regard du travail fournit par les bénévoles et cela est bien ainsi. A mon avis, les collectivités doivent soutenir ces initiatives mais ne doivent pas en être les instigatrices. Ainsi vit mieux le monde associatif, libéré de la tutelle publique,  où l'investissement des bénévoles et le résultat obtenus n'en sont que plus satisfaisants pour eux lorque l'on constate le public nombreux qui était au rendez-vous samedi.

  • CITIA : l'exemple d'un partenariat à succès

    images.jpgCe 9 avril se tenait la commission culture de la C2A dans les murs du Conservatoire d'Art et d'Histoire, plus précisément au CITIA. L'occasion de faire un zoom sur cette "cité de l'image en mouvement".

    Tout d'abord, c'est un événement à présent connu de tout le monde : le Festival et le Marché International du Film d'Animation (MIFA) offrent à l'agglomération et au département de la Haute-Savoie toute la notoriété que procure le plus grand rendez-vous mondial dans le domaine de l'animation ! Chaque année des milliers de personnes convergent vers Annecy et son agglomération pour participer à cet événement. Devant l'ampleur prise par cette manifestation, le conseil général de Haute-Savoie, sous l'impulsion de Dominique PUTHOD, a initié la création d'un pôle de ressources et de compétences autour de l'image en mouvement : ainsi naissait "CITIA, la cité de l'image en mouvement", qui couvre les domaines du cinéma d'animation, de l'interactivité et du multimedia.

    Le projet CITIA s'articule autour de trois axes : culture, économie et formation/recherche. Cela a débouché sur une série d'initiatives heureuses depuis 2001 telles que :

    • des expositions permanentes sur le thème de l'image en mouvement au Musée-Château,un fonds documentaire (films et archives) dans la perspective ambitieuse de créer le plus grand portail internet consacré au cinéma d'animation,
    • une formation de "concepteur-réalisateur multimédia" en partenariat avec l'Ecole de l'image des Gobelins,
    • une filière "image-information-communication" à l'Université de Savoie,
    • une pépinière d'entreprises dédiées aux métiers de l'image depuis 2004

    Un événement au service de l'économie locale grâce au soutien des collectivités :

    En se renforçant, cette politique volontariste a débouché fin 2006 sur la mise en place d'un fonds d'aide à l'animation numérique porté par le département de la Haute-Savoie. Ce fonds doit favoriser l'implantation sur notre territoire de la fabrication de films d'animation, en investissant directement sur des projets d'entreprise. Aujourd'hui, les domaines d'activité de l'image en mouvement regroupent environ 250 emplois sur le bassin annecien.

    Un rôle à jouer pour Cran-Gevrier :

    Je souhaiterai que la ville de Cran-Gevrier s'associe au dynamisme de ce secteur d'activité en favorisant l'implantation de ces entreprises sur le futur éco-site des Papèteries. La révision prochaine du PLU sera l'occasion de le prévoir. Le cadre s'y prêterait tout à fait, en alliant le souvenir d'un site industriel trouné vers le papier (premier support du cinéma d'animation, du "dessin animé") et la proximité avec des sociétés déjà présentes dans ce secteur (Future Création, Mégalo...) sur Cran-Gevrier.  

    De nouveaux projets sont en cours de développement pour prolonger la dynamique engagée :

    • Suite au succès de la formation Gobelins auprès des jeunes et des entreprises, la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI), en partenariat avec l'Université de Savoie, a ouvert depuis la rentrée 2007 deux nouvelles formations : une licence professionnelle « développeur multimédia multi-supports » avec l'IUT d'Annecy-le-Vieux et un Master « Ecriture interactive » avec l'IMUS.
    • Citia s'investit dans la recherche, en cofinançant un doctorat en partenariat avec l'Assemblée des Pays de Savoie (APS).
    • Citia organise deux fois par an des journées pour les professionnels de l'image en mouvement. Ainsi, après avoir traité lors de ces premières rencontres de la problématique des droits liés aux œuvres, les rencontres de printemps ont engagé une réflexion sur les synergies entre le jeu vidéo et l'animation.
    • Citia a impulsé la création d'un club d'entreprise (G 147), afin d'animer ce secteur économique sur les pays de Savoie. James Olivier Gallice de Cran-Gévrier en a pris la présidence.

    Le soutien de l'ensemble des collectivités

    C'est donc une politique volontariste de soutien à l'animation numérique et au multimédia qui est mise en œuvre et, fait unique, cette ambition est portée par l'ensemble des collectivités (Communauté d'Agglomération d'Annecy, Département de la Haute-Savoie, Région Rhône Alpes, et Etat). Par ailleurs depuis 2006, Citia est l'une des structures de gouvernance du pôle de compétitivité « Imaginove ». Ainsi le pari engagé est sur la bonne voie, puisque Annecy est entrain de passer du rôle de grand témoin de la création mondiale et de l'évolution du marché, à celui d'un territoire acteur de l'économie du secteur de l'image en mouvement.

    Voilà la parfaite illustration du rôle que peuvent jouer les collectivités dans le soutien à une activité économique d'avenir.