Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les français et leur administration par le Médiateur de la République

     

    logo media de la r.jpg
    Le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, vient de remettre son rapport annuel au Président de la République. Je trouve que le tableau présenté est assez noir. En entendant parler le médiateur, nous sommes assommés de ses tristes propos. Pour la dernière année de son mandat, Monsieur Delevoye n'y va pas de main morte ! « Le chacun pour soi à remplacer l'envie de vivre ensemble » dit-il. Il faut rappeler que c'est vers lui que se tournent les citoyens lorsqu'ils sont en litige avec l'administration...

    A ce titre, il expose un constat par trop alarmant à mon avis. Il évoque ainsi une banalisation de la violence, une défiance des usagers à l'égard des administrations. Il dresse en somme un tableau très sombre des relations entre les français et leur administration. Il souligne des «dysfonctionnements» de cette administration à l'égard des citoyens. Il en existe et il faut certes les corriger et tendre à les diminuer. Mais à ce sujet, je trouve toujours étonnant que l'on demande à des fonctionnaires d'être des robots. L'erreur est humaine et sommes-nous tous, dans nos métiers respectifs, toujours exemplaires et irréprochables ?! Bien qu'il fasse le point sur des situations déjà connues (notamment l'instabilité normative et juridique ou la fragilisation du service au public et de l'accueil...), il fait un constat tout de même sévère. Pour lui, les «administrations sont au cœur d'une société usée psychiquement», ce qui induit le fait que les agents publics ne sont pas les seuls responsables...les gens sont souvent de plus en plus excédés pour un oui ou pour un non dans les rapports quotidiens, que se soit dans la sphère publique ou dans la sphère privée. Il remet également en cause l'évaluation des politiques publiques, «trop souvent sur les seuls critères budgétaires et économiques», au détriment de l'accueil et de l'information, point sur lequel je le rejoins entièrement. Jean-Paul Delevoye se félicite tout de même de «plusieurs avancées» positives, comme la généralisation de la présence de délégués du médiateur dans les prisons pour faciliter l'accès des détenus à leurs droits ou encore au sein des maisons départementales des personnes handicapées dans le but de «favoriser le traitement amiable des litiges».

    En conclusion, il ressent "une société en tension et en usure psychique", ce qui est à mon avis le plus grave. Il rajoute, «avant, on était crevés au boulot. Maintenant, on est usés partout, tendus tout le temps, dans tous les compartiments de la vie». Ce qui prouve que le problème est global, touche toutes les couches de la société. Il est difficile pour beaucoup de gens de joindre les deux bouts, ce qui provoque forcément des tensions au quotidien, que l'on travaille dans le privé ou dans le public. Jean-Paul Delevoye fait le constat terrible que pour 15 millions de personnes les fins de mois se jouent à 50 ou 150 euros près. Je pense qu'il ne faut pas chercher à incriminer telle ou telle profession, à rendre responsable telle ou telle catégorie d'actifs, se serait ajouter des difficultés à notre société qui en connaît déjà suffisamment. Il vaut mieux tenter de rechercher au quotidien la tolérance, la solidarité et l'entraide entre les gens et les générations. Notre société aurait plus à y gagner. 

  • Assemblée annuelle du Souvenir français de Cran-Gevrier

    souvenir-logo.jpg

    Vendredi soir à la salle des Papeteries de Cran-Gevrier je participai à l'assemblée annuelle du Souvenir français du comité de Cran-Gevrier. Nous étions une soixantaine d'adhérents et le point principal, après avoir passé le compte-rendu d'activité et financier, était le changement de président. En effet, Albert MONIN, après 20 ans de présidence, quittait ses fonctions et passait le relais. Il n'a pas ménagé sa peine durant toutes ces années pour faire du comité de Cran-Gevrier un des plus actifs du département. Nous avons approuvé le bilan de l'année, ainsi que les comptes de l'exercice 2009, à l'unanimité. Seul un adhérent était candidat à la succession du président, Pierre GEAY. Il a donc été élu à l'unanimité.

    Le comité de Cran-Gevrier continuera durant l'année 2010 à participer à toutes les manifestations patriotiques (8 mai, 11 novembre...) et assurera toujours ses interventions dans les écoles et au collège (accompagnement au plateau des Glières, interventions dans les classes, visite de la maison des enfants d'Yzieu...) pour partager avec les jeunes le souvenir des français morts dans les différents conflits. Car, comme l'a dit le délégué général du Souvenir français présent à la réunion, l'association (créée en 1887) et ses adhérents sont là pour dire à nos enfants que le sacrifice de tous leurs aînés doit rester vivant dans nos coeurs, car la paix n'est jamais définitivement acquise. Nous avons ensuite tous partagé le verre de l'amitié.

  • Bravo Déborah Anthonioz !

    SNOW_ANTHONIOZ_160210.jpg

    Bravo à Déborah Anthonioz, des Gets, qui vient de décrocher la médaille d'argent dans l'épreuve de boardercross à Vancouver. La Haute-Savoie est fière de cette médaille ! Félicitations.

    1201155441_41a6a0cc-de87-11de-a848-c8b3fa66a619_jpg[435x-1].JPG

    Demain soir, nous pourrons prolonger l'esprit olympique à Bonlieu dans le cadre de la candidature d'"Annecy 2018". Une soirée "Tous supporters de l'équipe de France Olympique - Tous aux couleurs d'Annecy 2018 !", se déroule ce vendredi 19 février à 17h00 au Forum Bonlieu à Annecy. Vous pouvez assister et participer à l'émission "AVANCOUVER" sur France 2, en direct du Forum Bonlieu, en présence de Nathalie SIMON.
    Pour participer au défi "Annecy 2018" en direct sur France 2, envoyez un e-mail à defi@annecy-2018.fr
    A noter, en cas de participation, une présence indispensable aux répétitions qui auront lieu au forum de Bonlieu à partir de 15h. Dans une scénographie mettant en scène 220 performers, serons mis en exergue le soutien à la délégation française, à l'esprit olympique, et bien évidemment le soutien à la candidature "Annecy 2018".

  • Sommet social : la question des retraites

    retraite_01.jpg

    Les retraites seront le sujet le plus sensible du sommet social qui s'ouvre aujourd'hui. Notre régime de retraite, qui date de 1945, est dit « par répartition ». Ce système voulait se fondre sur la solidarité entre les générations. Ainsi, chaque année, le total des cotisations versées (par les actifs et par leurs employeurs) est réparti entre les retraités. Les cotisants acquièrent eux-mêmes des droits sur les générations futures, qui financeront à leur tour leur retraite lorsqu'ils cesseront de travailler. On parle depuis des années de la nécessaire réforme de ce régime, faute de quoi il explosera à cause de son déficit. Déficit essentiellement du à l'évolution démographique. En 2010, le déficit pourrait dépasser les 10 milliards d'euros. Une réforme est-elle donc cette fois devenue indispensable ?  Sur le long terme, l'équilibre financier du système par répartition est donc gravement menacé. Selon des projections remontant à 2006, le rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités devrait diminuer, passant de 182 actuellement à 121 cotisants pour 100 retraités, d'ici à 2050. En retenant un scénario de base optimiste, le besoin de financement des retraites s'élèverait à près de 25 milliards d'euros en 2020, soit 1 point de PIB. Mais le premier ministre François Fillon avance des chiffres encore plus alarmants, d'après lui il ne manquerait pas moins de 100 milliards en 2050 ! Comment donc préserver de la faillite notre système « par répartition » ?

    Il existe trois paramètres sur lesquels on peut jouer : la durée de la vie active, le montant des cotisations des salariés et des entreprises et celui des pensions des retraités. Ce dernier paramètre, vu le faible montant de nombreuses pensions de retraite ne paraît pas envisageable. Le premier paramètre, celui de la durée de cotisation paraît être celui sur lequel on peut jouer, avec celui de la hausse des cotisations pour les entreprises. Pourtant six français sur dix déclarent que la retraite à 60 ans est un acquis social. Comment faire alors s'il n'y a pas de soutien populaire à cette réforme indispensable de l'avis de la majorité des partenaires sociaux ? Le recul de l'âge légal de départ à la retraite est la mesure qui réduirait le plus fortement le déficit. Selon des projections, un report à 62 ans générerait 6,6 milliards d'euros de recettes en 2020. Mais il y a un problème majeur à cela dans notre pays, les entreprises, si prompts à donner des leçons économiques, ne recrutent que très rarement les salariés au-delà de 55 ans et le taux d'emploi des 55-64 ans stagne autour de 38 % ! Ce sont les chiffres donnés par l'INSEE. Il faut donc une révolution des mentalités de chaque côté, chez les salariés mais aussi chez les dirigeants d'entreprise, si on veut tendre à une réforme acceptable pour tout le monde. Le gouvernement doit donc faire pression sur l'ensemble des partenaires sociaux (patronat et syndicats de salariés) pour que les nouvelles règles soient acceptées par le plus grand nombre. Il faudra de toute façon arriver à un accord, autant que celui-ci soit négocié. Le Parti socialiste, par la voix de Martine Aubry, s'est dit ouvert à la négociation avec le gouvernement et la première secrétaire a même publiquement envisagé un report de l'âge de départ à la retraite vers 61 ou 62 ans...avant de se raviser ! Elle n'aurait pas du céder à l'aile la plus à gauche de son parti et maintenir le cap sur une position responsable qui était toute à son honneur. La CFDT est prête aussi à discuter d'un allongement de la durée de cotisation, sous certaines conditions. La CFE-CGC, veut bien aussi un allongement mais propose en parallèle de taxer les revenus sur les entreprises françaises qui produisent à l'étranger. Pourquoi pas ? Il ne faut pas de tabous dans cette large négociation, ni du côté des salariés, ni du côté des entreprises.

    Certes, ce n'est drôle pour personne de se dire que l'on devra travailler plus longtemps, encore moins pour ma génération. Mais que faire ? Se mettre la tête dans un sac et dire que l'on verra bien le moment venu ? Je ne crois pas que se soit une attitude responsable. Les chiffres sont éloquents, il faut trouver des solutions. L'allongement en est une, à condition que les entreprises cessent entre autres d'ostraciser du marché de l'emploi les 55-64 ans. A suivre.

  • Repas des anciens dans le Dauphiné Libéré du 10 février 2010

    copieur mairie@labalmedesillingy fr_20100210_094636_001.JPG
    Cliquez sur l'article pour le voir en grand
     

  • Repas des anciens à Cran-Gevrier

    DSC_0012.JPG
    Hier midi, les anciens de Cran-Gevrier étaient conviés au traditionnel repas de début d'année organisé par la mairie. L'occasion d'accueillir et de d'échanger avec plus de 400 personnes dans une ambiance festive et conviviale. Les doyens du repas, âgés tous les deux de 92 ans, furent mis à l'honneur. Nés en 1918, ils ont connu et traversé les chamboulements de ce 20ème siècle, avec des vies pas toujours faciles. Il y avait beaucoup de membres des diverses associations communales qui s'adressent aux retraités, ce qui permet d'échanger avec eux sur leurs activités. Le repas fut animé par un orchestre et se termina dans la bonne humeur. A l'année prochaine !

  • Journée porte ouverte au collège Beauregard

     

    ColBeau1.gif
    Hier matin se tenait la journée porte ouverte au collège Beauregard de Cran-Gevrier de 9 heures à midi. Avec le nouveau découpage et l'ouverture du collège de Poisy à la rentrée de septembre 2010, le collège Beauregard accueillera à la fois les enfants de Cran-Gevrier et ceux de Chavanod. J'étais donc dès 9 heures et jusqu'à 11 heures au collège avec Françoise CAMUSSO, accueillis par la principale Madame LUCIANI, nous avons fait le tour de l'établissement et nous avons rencontré les futurs parents d'élèves et les enseignants. L'occasion de faire un point avec eux sur le projet pédagogique du collège et les activités proposées aux élèves. Madame LUCIANI a ainsi souligné le travail fait en lien étroit avec le conseil général, qui est je le rappelle, en charge du financement des collèges. Pour ma part je m'efforce d'être présent à tous les conseils d'administrations du collège en qualité de représentant du conseil général et relayer ainsi les demandes particulières qui peuvent émerger. Le conseil général offre ainsi par cet équipement, aux familles et aux enseignants, un collège en excellent état, avec du matériel récent et performant. 
    IMG_0438.jpg
    Vincent Pacoret, Françoise Camusso, Jean Boutry et Catherine Luciani (principale)
  • 9ème édition du Festival Cinémino

    affiche-49-FESTIVAL-CINEMINO.jpg
    Fruit d'un partenariat entre le cinéma de La Turbine à Cran-Gevrier, l'Auditorium de Seynod, le cinéma Le Parnal à Thorens-Glières et la MJC de Novel à Annecy (organisation complétée par un écran mobile), le festival Cinémino inaugure demain à Seynod sa 9ème édition. Il se déroule du 3 février au 2 mars dans les salles participantes. Cette manifestation culturelle, qui bénéficie aussi du soutien du conseil général, offre la possibilité de découvrir le cinéma jeune public à travers 18 films. Les 4 salles partenaires organiseront aussi des animations comme les ciné-goûters (pour les scolaires), ciné-rencontres, ciné-débats et expositions à destination de tous les âges. En 2009, 17 000 spectateurs avaient pu apprécier ce festival, qui je le rappelle, est diffusé dans des salles qui bénéficient toutes du soutien des collectivités.

  • Assemblée générale de la Chambre de Commerce et d'Industrie 74

    CCI-74.jpg

    Ce soir se tenait un des événements majeurs de l'année pour le monde économique de notre département. Le président Guy METRAL a présenté le bilan 2009 de la CCI 74 devant plus de 600 personnes à l'Espace Rencontre à Annecy-le-Vieux. La CCI 74 offre de nombreux services et collabore avec les entreprises tout au long de leur vie, mais aussi avec les collectivités locales et c'est à ce titre que j'étais invité et présent ce soir. Le président a bien rappelé, et je l'en remercie, l'utilité indispensable d'une collaboration entre entreprises et collectivités (aide à l'installation en zones artisanales et économiques, subventions en faveur de la recherche et du développement, FISAC pour le commerce de proximité...) dans le but commun de dynamiser le tissu économique de nos communes et de notre département. Nous agissons tous ainsi pour le développement local et les conditions de vies de nos concitoyens.

    Guy METRAL nous a donc présenté en chiffres et témoignages les principales actions de la CCI en 2009. Ils seront disponibles dès demain sur le nouveau site Internet de la CCI qui a été présenté ce soir http://www.haute-savoie.cci.fr/.

    En fin d'AG nous avions une intervention de Marc TOUATI, journaliste, économiste et directeur général adjoint de la société Global Equities. Il a dressé un tableau de la situation économique et financière mondiale sur les 10 dernières années, en confirmant ce qu'il annonçait depuis quelques temps, à savoir une reprise de l'activité et de la croissance. Timide tout de même en comparaison des pays émergents comme la Chine, l'Inde ou encore le Brésil, mais assez pour susciter l'optimisme des acteurs économiques. 

  • Plan de relance gouvernemental : un point sur la Haute-Savoie

    arton887.jpg

    Le Plan de relance de l'économie initié par le gouvernement continue de produire ses effets. Avec les 26 milliards d'euros investis, l'économie de notre pays, et de notre département en particulier, est donc soutenue. J'avais communiqué un premier bilan au mois de septembre. Voici les dernières données à jour, à la fin du mois de janvier pour la Haute-Savoie :

    Investissements et activités économiques soutenus par l'Etat :

    1. montant des investissements publics engagés : 3 417 689 euros
    2. montant des investissements des collectivités locales associés au FCTVA : 61 377 085 euros
    3. nombre de logements sociaux et privés financés : 1829
    4. nombre de véhicules ayant bénéficié de la prime à la casse : 6 517

     Emplois sauvés, créés ou aidés :

    1. nombre d'emplois aidés par l'Etat depuis le 1er janvier 2009 : 19 579
    2. nombre de personnes aidées à entrer dans la vie active depuis le 1er janvier 2009 : 4 109
    3. nombre de personnes aidées à reprendre un emploi depuis le 1er janvier 2009 : 2 881
    4. nombre d'entreprises soutenues par une intervention de l'Etat, notamment un prêt, une garantie ou un investissement : 599

     Justice :

    1. 20 309 980 euros apportés aux 118 786 foyers les plus fragiles

    Nous constatons, depuis quelques semaines, un frémissement de reprise de la croissance et les prévisions données sont plutôt encourageantes. Je pense qu'il faut néanmoins rester très prudent vu la conjoncture financière mondiale.