Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le devenir du site de l'ancien hôpital d'Annecy

portzamparc-62088_jpg[435x-1].JPG

Cela faisait un certain temps que je souhaitais évoquer sur ce blog le futur projet à l'emplacement de l'ancien hôpital d'Annecy. Il a été présenté à la presse et au public voilà quelques mois et il est, comme chacun sait, l'oeuvre de l'"Atelier Christian de Portzamparc".

Depuis nous avons entendu beaucoup d'avis sur ce projet. Pour ma part, j'ai du mal à avoir un avis tranché. Je dois avouer que sur le coup j'ai été déçu. La première impression passée, le projet "digéré", je me suis posé pas mal de questions. Dans ces cas là je me dis qu'il ne faut pas juger à la va-vite, qu'il faut prendre le temps de la réflexion. Je l'ai pris, donc je vous le livre.

En matière d'architecture, comme en matière d'art en général, les avis peuvent être multiples mais toujours respectables, ce doit être le postulat de départ, il n'y a pas de goûts supérieurs aux autres. Je pense que la qualité d'un projet architectural tient en premier lieu à l'analyse du site et à l'investissement du lieu et de la situation (qui est en l'espèce exceptionnel comme l'a dit de Portzamparc).

Tout d'abord un petit point sur l'auteur du projet. Christian de Portzamparc a étudié aux Beaux-Arts de 1962 à 1969, notamment dans l'atelier d'Eugène Beaudouin. La découverte de Le Corbusier l'a poussé à s'orienter vers l'architecture. Il s'est toutefois écarté dès cette époque de l'architecture moderniste inspirée des théories de Le Corbusier, estimant qu'on ne pouvait pas, à Paris, faire table rase du passé. Ni à Annecy d'ailleurs...j'aurai envie de lui répondre. Portzamparc est une de nos gloires actuelles en matière d'architecture. Il a été récompensé par le prix Pritzker en 1994 (une sorte de Nobel de l'architecture). Son concept phare est celui de "l'îlot ouvert" en opposition aux deux types d'îlots qui ont dominé l'architecture depuis le 19ème siècle : le bloc haussmanien (avec façade continue sur la rue et cour intérieure) et le plan ouvert des grands ensembles, dans lequel les immeubles ne s'orientent plus par rapport aux rues.

J'ai relevé que Portzamparc avait déclaré un jour que "l'architecture et l'urbanisme ne font qu'amplifier la guerre des classes. Ils n'en sont pas la cause. Il faut se souvenir qu'à Harlem et dans certaines banlieues de Chicago, ce sont des quartiers fort bien conçus, harmonieux au départ, qui étaient devenus des ghettos délabrés. L'architecture ne peut pas tout". Il a raison, je suis tout à fait d'accord avec cela et en lisant cette déclaration j'ai immédiatement pensé au projet d'Annecy. Si, comme il le dit lui-même, un projet paraît harmonieux au départ, il ne faut pas perdre de vue qu'il peut vite se délabrer, devenir ringard et/ou mal intégré à son environnement.

Dans le nombre impressionnant de ses réalisations à travers le monde, j'ai lu que pour l'une d'elles, l'opération "Paris Rive-Gauche", son objectif était de "donner au quartier un caractère basé sur l'alternance de hauteurs, de couleurs, de matériaux et de styles architecturaux". Je regrette du coup qu'il n'ait pas eu les mêmes objectifs pour le site d'Annecy qui donne, qu'on le veuille ou non, une désagréable impression d'uniformité. Car il est indispensable, comme je le dis plus haut, de prendre en compte le paysage, sans oublier que de toute façon, l'intervention de l'homme est toujours une atteinte à ce paysage. Maintenant tout est une question de goût et de culture. Je pense qu'il n'existe pas de "belle architecture" mais DES architectures correspondant à DES architectes ayant une culture propre. Chacun peut donc divaguer pompeusement pendant des heures pour vanter tel ou tel projet, ce ne sera que son avis. Certaines personnes m'ont expliqué en pontifiant sur l'architecte, sa poésie, la rhétorique de ses édifices, les émotions qu'il procure, que ce projet était tout simplement génial et restera dans les livres ! Ma foi ! D'autres m'ont inversement expliqué que ce projet était raté, ne servait finalement que les intérêts des politiques (gloire) et des responsables communication (événementiel, marketing autour du projet) et était le symbole de notre époque qui ne vit que par l'image et les alibis (notoriété de l'architecte).

Il est vrai que malgré sa notoriété internationale, le style de Portzamparc ne fait pas l'unanimité et ses réalisations à Manhattan, au Japon ou à Berlin sont sujettes à polémique : certains parlent de « renouveau architectural », d'autres de « frivolité postmoderne ». Le risque, lorsque l'on demande à un architecte aussi connu de conduire un projet, est de s'attirer plus de critiques qu'à l'accoutumée. Il faut l'accepter, sinon il ne fallait pas prendre une "vedette". Avec une signature si prestigieuse, l'espérance est grande et la déception risque de l'être plus encore.

En conclusion, il est vrai que la notion d'esthétique est relative et subjective, s'ancrant dans un espace et une période. Toutes les œuvres sont jugées, celle de Portzamparc à Annecy ne peut y échapper ! J'aurai aimé, devant un projet si important en terme d'image pour notre agglomération, que de Portzamparc propose plusieurs hypothèses, cela n'aurait rien gâché et la population aurait pu en débattre. Personne ne détient le goût et la vérité en matière d'art, d'architecture et d'urbanisme, le passé nous l'a montré.

Je vous laisse apprécier certaines de ses plus prestigieuses réalisations dans le monde. J'ai la chance d'avoir vu celle de New-York il y a un an (Tour LVMH) et celle de Berlin il y a quelques semaines (ambassade de France au pied de la Porte de Brandenburg)

450px-Tour_LVMH_a_New_York.jpg
 
Tour LVMH - New-Yorkbotschaft_frankreich0.jpg
 
 
 
                               
 
 
 
 
 
 
                                                 Ambassade de France - Berlin
 
 
 
 
 
 lille0002.jpg
 
 
 
cite-de-la-musique-paris.jpg
 
 
 
                                                  Quartier Lille II
 
 
Cité de la musique - Paris
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
paris_13_rue_des_hautes_formes_1.jpg
D-MOD-A63-03 Fukuoka.jpg
                                                           
                                                                       Logements à Fukuoka - Japon
Logements Hautes Formes - Paris

Commentaires

  • Un aricle intéréssant qui nous fait regréter ce débat qui n'a pas eu lieu

  • Je vois sur la maquette que contrairement à ce qui avait été laissé entendre il y a quelques années, le flux important des automobiles venant de l'avenue du Rhône passe toujours devant la piscine et la plage des Marquisats. Il me semble qu'un projet avec une voie semi-piétonne avait été évoqué. Pourquoi ne pas avoir prévu un détournement de la route principale par le haut du projet immobilier afin de laisser plus de place aux vélos et aux piétons ?

  • A la municipalité d’Annecy, qui a la carrure et la personnalité pour conduire le débat sur un tel projet ?
    Personne, même pas le Maire (il est ingénieur à la SNCF).

    Le choix d'une signature mondiale en est la preuve.
    La municipalité a botté en touche.
    Circulez, citoyens, il n'y a rien à discuter!
    Laissez faire un "pro"!

    Si le projet plait, la municipalité en récoltera les lauriers.
    Si le projet ne plait pas, la municipalité a sa "couverture" : elle n'avait pourtant pas mégoté en choisissant un architecte connu mondialement.

    Voila typiquement des élus sans personnalité et apeurés par la moindre controverse.
    Ils préfèrent agir en obligation de moyens plutôt qu'en obligation de résultats.

    Rien de surprenant si on observe que les 4/5 de l'équipe municipale est issue du secteur protégé: administration, collectivités locales, secteur associatif, sociétés d'économie mixte, établissements du secteur public et tous les "machins" qui en découlent ...

    On y cherche vainement des dirigeants d'entreprise.
    On a grand peine à y trouver des commerçants, des artisans et des professions libérales.

    Bref, des personnalités de l'économie "exposée" capables d'assumer des projets extraordinaires et rompues à des contextes complexes, voire difficiles.

Les commentaires sont fermés.